La démarche EcoQuartier

La conception d’un EcoQuartier a pour objectif de proposer des logements pour tous dans un cadre de vie de qualité, tout en limitant son empreinte écologique.

Pour ce faire, un EcoQuartier doit respecter les principes du développement durable :

  • Promouvoir une gestion responsable des ressources
  • S’intégrer dans la ville existante et le territoire qui l’entoure
  • Participer au dynamisme économique
  • Proposer des logements pour tous et de tous types participant au « vivre ensemble » et à la mixité sociale
  • Offrir les outils de concertation nécessaires pour une vision partagée dès la conception du quartier avec les acteurs de l’aménagement et les habitants.

Une fois ces grands principes énoncés, il est toutefois indispensable d’adapter la réalisation de l’EcoQuartier aux caractéristiques de son territoire. L’EcoQuartier a donc la particularité de s’appuyer sur les ressources locales, qu’elles soient paysagères, urbaines, humaines ou environnementales.

Plutôt que de parler de « territoire d’exception », l’EcoQuartier est un levier vers la ville durable, même si contraint par le fonctionnement même de la ville.

Un EcoQuartier doit se poser en modèle, en précurseur. Il est à la « bonne » échelle pour réinventer la ville. Il est l’occasion de structurer les filières, d’organiser la concertation. Il n’est pas seulement un objet mais bien le produit d’une démarche.

La co-construction est en effet essentielle et intrinsèque au projet : les EcoQuartiers doivent être désirés. Ils doivent répondre aux attentes du plus grand nombre pour éviter l’«effet vitrine » avec seulement des constructions très avantgardistes pouvant conduire à des rejets ultérieurs du projet. Enfin, l’EcoQuartier doit être issu de compromis entre tous les acteurs concernés, dont le cas échéant, les futurs habitants, les riverains, les acteurs économiques…

Ecoquartier de la ZAC de Bonne à Grenoble

5 réflexions au sujet de « La démarche EcoQuartier »

  1. Le plus connu de tous les écoquartiers et le plus ancien aussi est BEDZED : Une ville durable est née en 2000 au sud de Londres.

    BEDZED c’est 82 logements pour 250 habitants et 2 300 m2 de bureaux et commerces.

    BEDZED c’est :
    – Optimisation des circuits et des usages internes
    – Isolation thermique passive des bâtiments très importante
    – Récupération des eaux de pluie pour les toilettes
    – Centrale de cogénération fonctionnant au bois issu d’élagages récupéré dans les environs
    – Panneaux photovoltaïques pour électricité et charge des voitures électriques
    – Construction des bâtiments avec des matériaux provenant de sites voisins (max 30 km)
    – Réseau de mutualisation de véhicules combiné avec le train ; 1 voiture pour 5 ménages
    – Consommation de produits biologiques issus d’une agriculture locale (50 kms)
    – Groupage des produits livrés chaque jour en collaboration avec 200 producteurs locaux (le budget des ménages s’en est trouvé diminué de 15%)
    – Quartier socialement mixte : 1/3 de résidents en accession à la propriété (cadres supérieurs et professions libérales), 1/3 en co-propriété / leasing (infirmières, professeurs, étudiants,… bénéficiant d’aides publiques), 1/3 en HLM. Les Habitations ont été vendues à un prix égalant ceux du marché traditionnel
    – Réduction de 90% des besoins de chauffage
    – Réduction de 70% la consommation énergétique
    – Réductions de 75 % du volume des déchets
    – Réduction de l’empreinte écologique des habitants de moitié

  2. Il y a aussi FREIBURG la capitale écologique de l’Allemagne avec toute une politique pour les Transports durables :
    – Déplacements en voiture : 40%
    – Déplacements en transport en commun : 30%
    – Déplacement en vélo : 30%
    – Centre ville interdit au voiture
    – Centrale d’auto-partage de 70 véhicules électriques
    – 5 lignes de Tramway
    – 22 lignes de bus pour 67 millions de voyageurs/an
    – Politique tarifaire très attractive
    – 400 kms de pistes cyclables

    Et FREIBURG c’est également 10 000 emplois environnementaux et une usine de production de panneaux photovoltaïques.

  3. Il ne faut oublier non plus DONGTON en chine qui a été la première ville durable asiatique. Elle est à la mesure ou démesure des chinois à savoir qu’elle a été conçue pour 20 000 habitants au départ et 500 000 à terme le tout sur 630 hectares.

    Le concept est le suivant :

    Présence de nombreux emplois et services sur place
    Préservation d’espaces verts et aquatiques
    Développement d’une importante zone maraîchère biologique
    Énergies renouvelables (Éolien, Solaire, Photovoltaïque, Biomasse, …)
    Immeubles de faible hauteur (8 étages maximum)
    Toits recouverts de gazon et de plantes pour isoler et pour recycler l’eau
    Bus propres à piles combustibles
    Système Intranet entre habitants pour le covoiturage et les achats groupés
    Recyclage de 80% des déchets solides
    Centrale thermique avec déchets organiques (cosses de riz)

  4. Lulu, puisque tu parles de FREIBURG on peut détailler en évoquant spécifiquement le quartier VAUBAN qui est le fleuron de cette ville.
    C’est un quartiers qui est à 3 km du centre ville, réparti sur 38 hectares traversé par 1 ruisseau et composé de vastes espaces boisés.
    3 600 habitants y vivent.
    Il y a 200 logements dit “alternatifs” – 600 logements d’étudiants, 2 000 logements individuels et collectifs, 1 maison des associations locales et à un centre socioculturel
    On y trouve également une zone d’activités de 6 hectares (600 emplois – un centre de services).

    C’est également tout ça :
    – 2 500 m2 de capteurs solaire
    – Toitures plates végétalisées – récupération des eaux de pluie
    – Eaux de pluie utilisées pour le lavage du linge, pour l’arrosage des jardins et pour les chasses d’eau des toilettes
    – Système de “recyclage” des eaux grises pour produire du biogaz servant à alimenter les cuisinières.
    – Usine de co-génération alimentée à 80% par des copeaux de bois et à 20% par du gaz naturel
    – Maisons positives produisant plus d’énergie qu‘elles n’en ont besoin
    – Maisons passives, orientées nord-sud et sans ombre portée (consommation de chauffage de 15 kWh/m2/an)
    – Parking privés remplacés par deux garages collectifs
    – Prix de vente des logements au m2 : 2 200 à 3 500 €

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *